You are currently viewing Vers un front de mer plus vert, plus apaisé et plus qualitatif

Vers un front de mer plus vert, plus apaisé et plus qualitatif

Après l’avenir des ports, c’est celui du front de mer qui était au cœur de cette deuxième réunion publique. Une réflexion conduite conjointement avec la Ville de La Baule, afin de s’assurer de la cohérence des aménagements et des déplacements futurs d’un bout à l’autre de la baie. Plus de 400 personnes avaient fait le déplacement au Centre de Congrès de l’Hippodrome.

En avant-propos, M. le Maire a tenu rappelé que le réaménagement du front de mer était un projet inscrit dans le cadre du Projet de Ville, au même titre que les ports et le cœur de ville : “il s’agit d’études préliminaires, qui pourront encore être affinées“. 

Dominique GILLET, Adjoint à la Circulation, a poursuivi en rappelant les attentes exprimées par les Pornichétins lors de la concertation en 2017 (atelier participatif et enquête en 2017 : + de 1300 réponses), à savoir : favoriser et sécuriser les déplacements doux (vélo, piéton), offrir davantage d’espaces verts, tout en préservant le stationnement.

L’étude a été confiée aux cabinets régionaux Phytolab et Artelia (qui ont notamment réalisé les aménagements des fronts de mer de Saint-Nazaire, de la Bernerie-en-Retz, et de la côte sauvage du Pouliguen). Pour proposer un projet adapté aux différents enjeux rencontrés sur les 6 km du boulevard de mer (4 km côté La Baule, 2 km côté Pornichet), les cabinets ont travaillé secteur par secteur avec les élus et techniciens de La Baule et de Pornichet. Ainsi, les voies dédiées à la voiture seraient réduites pour apaiser les vitesses, avec une offre de stationnement adaptée en fonction des secteurs. Une piste cyclable à double sens serait créée côté mer. Enfin, le remblai piéton serait agrandi et végétalisé. Au-delà des déplacements, les questions d’éclairage public, de traitement des eaux pluviales, de mobilier urbain (parkings à vélo, bancs…) ou encore de transport public (petit train, navette pendulaire…) ont également été pris en compte.

Les carrefours (création de mini giratoires à certains endroits) et les traversées ont également fait l’objet d’une attention toute particulière, pour permettre d’ouvrir de nouvelles perspectives et pour rendre plus évidentes les liaisons avec le quartier de la Gare, le cœur de ville et les ports. Parmi les exemples, un nouvel aménagement du Parvis des Océanes, offrant une plus large place au végétal, faciliterait la liaison à pied vers le remblai et le port d’échouage.

Plus globalement, les cabinets se sont attachés à proposer des espaces de promenades agréables, sécurisés et qualitatifs. Des aménagements qui ne se feraient pas au détriment du stationnement (y compris pour les livraisons des commerces), puisque le nombre de places resterait le même qu’aujourd’hui, certains secteurs (port d’échouage notamment) avec une bande de stationnement centrale sécurisée pour sortir confortablement de sa voiture, et d’autres sans. “Aujourd’hui, il est difficile de supprimer totalement la voiture que ce soit pour les promeneurs ou pour les clients des commerces, mais l’idée est bien de réduire son impact et de développer des moyens alternatifs : location de vélo, voire une navette pendulaire autonome.

Bien entendu, le projet de requalification du front de mer s’articulera avec les nouveaux aménagements du square Hervo, mais aussi ceux à venir du cœur de ville et des ports.

En 2020, aucun budget n’est fléché pour cette opération, a tenu à préciser M. le Maire, mais nous pourrons commencer à travailler avec la CARENE sur les réseaux. Le calendrier des travaux restera ensuite à planifier.”

La fin de la réunion a permis à chacun de poser ses questions : stationnement, circulation vélo, roller, bruit, taille des végétaux ? Le cabinet a tenu à rassurer en affirmant qu’il ne s’agissait surtout pas de créer un mur végétal qui obstruerait la vue sur mer. Au contraire, les plantes et arbres viendront enrichir cette vue sur mer. Le cahier des charges sur le sujet reste à bâtir. Concernant les bruits, la limitation de vitesse, le nouveau revêtement, et les végétaux permettront de mieux les absorber.

> voir la présentation dans son intégralité

La prochaine réunion publique se déroulera à l’automne et traitera de l’avenir du cœur de ville.